Médias et citoyens : dix pistes pour rétablir la confiance

Journalistes et médias ne sont pas populaires ces derniers temps. Critiqués, bousculés, violentés, ils sont la cible des gilets jaunes, notamment. On leur reproche leur partialité, leur soumission aux pouvoirs politiques et économiques. Ce rejet vient de loin, mais il y a des pistes pour corriger le tir.

8/1/19. Les gilets jaunes, tout comme la vague de complotisme et de recherche de médias “alternatifs”, ne sont pas nés hier. Le doute s’est immiscé depuis longtemps.

Il est le fruit des nombreux mensonges et manipulations dont les citoyens ont été l’objet depuis la fin des années 80. Qu’on se rappelle le nuage de Tchernobyl opportunément stoppé à la frontière (1986), les faux charniers de Timisoara après la chute de Ceaucescu (1989), la guerre du Golfe “propre” de 1990 avec ses “frappes chirurgicales” mises en scène par CNN, la fiole de prétendu Anthrax agitée en 2003 à l’ONU par le général Powell pour justifier la 2e guerre d’Irak…

Comme dit Alain Souchon “on nous prend, faut pas déconner dès qu’on est né, pour des cons, alors qu’on est… des foules sentimentales”.

Dans ces exemples, les politiques ont utilisé les médias pour contrôler l’opinion, pour susciter son adhésion à la guerre, éviter des mouvements de panique, justifier l’exécution sommaire d’un couple de dictateurs infâmes. La question s’est posée d’une complicité avec le pouvoir politique, dès lors que CNN et les chaînes d’info à travers le monde diffusaient en boucle des images contrôlées soigneusement par les services d’information du gouvernement et l’armée américaine. Le vers était déjà dans le fruit.

» Read more

Rumeurs sur Twitter : les journalistes plus coupables

Echo Twitter

Crédit photo via Flickr.com en CC : lune_de_saphir et Unprobableview

Comme quelques collègues, j’ai retwitté hier un message mensonger annonçant la fin du post.fr, “un fake”. Comment en suis-venu à relayer un message sans prendre le temps d’en vérifier correctement la source ? Quelles leçons en tirer ?

L’annonce émanait d’un compte twitter “lepost” affichant logo officiel et url trompeuse, avec le contenu suivant :

“C’est officiel: notre site ferme le 1er mars. Merci à tous ceux qui nous ont lu et soutenu. Lepost.fr fut une fabuleuse aventure”.

Comme je l’ai compris quelques secondes plus tard, il s’agissait d’un faux message de tweetpoubelle, blagueur impénitent multirécidiviste. (Retour de bâton après la rumeur de la mort de Jean Dujardin propagée peu de temps auparavant par le Post.fr ?)

Il a fallu l’expérience du Loleur de Compétition VincentGlad pour remettre aussitôt de l’ordre dans la maison. “Hé les gens c’est un fake le compte @Iepost. Ne vous emballez pas.”

Une crédulité des journalistes dénoncée par AlexHervaud : “Il y a un gros problème de crédulité dans l’internet français quand même. Et quand ça vient de journalistes, ça fait peur. #iepost

Je l’ai bien évidemment pris pour moi et ce n’était pas volé. En effet, la ficelle après réflexion- et c’est bien ce qui a fait défaut- était un peu grosse. Alors comment moi et d’autres journalistes avons-nous commis cette bourde ?

1- Le contexte favorable

Le plaisantin a très bien trouvé son sujet en résonance avec l’actualité du site, faisant état lui-même des inquiétudes quant à son avenir. Depuis quelques jours la blogo-twittosphere bruissait de rumeurs sur la fin programmée du Post. Ce message semblait donc couronner une évolution logique.

Processus instinctif de confirmation mentale par accoutumance ou faisceau apparemment concordant de signes.

2- L’autorité de l’émetteur

Le message relayé par d’autres journalistes, s’est trouvé automatiquement pré-validé via la crédibilité supposée de ces professionnels. Il suffit d’une source de confiance pour affaiblir voire annuler la vigilance.

On retrouve les mécanismes de respect instinctifs de l’autorité décrits dans la fameuse expérience de Milgram. On est tous plus ou moins le mouton de son troupeau, nous conformant aux valeurs, principes et habitudes de notre groupe d’appartenance.

On pense aussi au très bon ouvrage de Jean-Noël Kapferer sur les Rumeurs et les phénomènes de validation par proximité “je le sais via la soeur de mon meilleur ami, lequel travaille dans le cinéma où l’on a retrouvé des seringues cachées dans les sièges…”

vitesse des tuyaux

Crédit photo via Flickr.com en CC : lune_de_saphir et Unprobableview

3- Simplicité technique et vitesse

La communication par simple clic facilite la “prise de parole” et accélère considérablement la transmission des messages. Plus besoin de reformuler son message, ni même de faire un copier-coller, une simple pression furtive suffit à propager la rumeur.

Cette vitesse, liée à une possibilité technique, conduit à un risque de déconnexion de la raison. Si l’on ne se force pas passer le message au tamis de son esprit critique, il est très facile de dire ou répéter des âneries.

D’ailleurs sans aller jusqu’à relayer une bêtise, combien de temps se laisse-t-on pour réfléchir à l’article lu ? Une minute, une heure ? Nous n’avons pas un agenda illimité et par ailleurs, la valeur du message décroît avec le temps. Mais c’est précisément là que se trouve pourtant la valeur ajoutée des journalistes : dans le temps passé à lire, vérifier, analyser, sélectionner et simplifier éventuellement le message.

4- La course à l’amplification

Pourtant sur Twitter la fraîcheur de l’information semble être sa principale valeur. Il s’agit de décrocher le scoop twitter, synonymes de RT, pour augmenter sa valeur sociale, son influence, sa notoriété… La médiatisation préalable du sujet joue alors également fortement sur son potentiel de relais.

Une bonne rumeur Twitter ne fleurira jamais autant que sur le terreau d’une inquiétude, d’une préoccupation antérieure. Comme lors de la campagne pour le traité constitutionnel européen, où l’on vit s’épanouir les rumeurs les plus alarmantes sur l”interprétation du texte. Comme celle présageant la remise en question du droit à l’avortement. Paramètre fort bien maîtrise par l’espiègle Tweetpoubelle.

5- La technologie déresponsabilisante

Plus besoin d’arriver à l’heure, les mobiles permettent désormais d’annoncer son retard. Inutile de soigner ses réglages photo, il suffit d’en prendre plusieurs ou de faire des retouches sur Photoshop.

Foin de stress à l’idée de graver une erreur dans le marbre. Avec Internet, on peut corriger rapidement et effacer éventuellement les traces de son méfait. Comme il suffira d’effacer son message Twitter erroné. Pas vu, pas pris.

Sauf que la crédibilité, tout comme la confiance des consommateurs est si longue à conquérir et si facile à perdre…

Crédulité grégaire, fainéantise intellectuelle, précipitation plus ou moins intéressée… nous autres journalistes pouvons nous laisser aller à une certaine facilité via les médias immédiats. Décontenancés par un nouvel univers, un rythme et des pratiques différentes, il est facile de délaisser ses bonnes pratiques habituelles.

Attention, car en tant que médiateurs “accrédités”, notre responsabilité n’est pas mince vis à vis de nos lecteurs. Demain un mauvais RT sera une faute professionnelle, à l’instar d’une info non vérifiée. Twitter, ludique et facile n’en est pas moins grave. Petit rappel à l’ordre auto-administré.

Cyrille Frank

Sur Twitter
Sur Facebook
Sur Linkedin


Crédit photo via Flickr.com en CC : lune_de_saphir et Unprobableview