Médias et information : sale temps pour la complexité

Article de mars 2011 actualisé le 5 octobre 2019

Les médias, et la télévision en particulier, ont tendance à gommer la complexité du monde. Ils doivent s’adapter à un public moins disponible et moins savant. Ils répondent aussi à un besoin croissant de sécurité qui favorise les réponses simples et peu nuancées.

La population a plus que jamais besoin de sens et n’accepte plus d’être dirigée sans comprendre, ni être éventuellement consultée. C’est d’abord le résultat d’une amélioration du niveau d’instruction moyen de la population depuis les années 50, grâce à la démocratisation de l’enseignement – ou “massification scolaire” lorsqu’on veut évoquer les difficultés de l’institution.

La proportion d’une classe d’âge obtenant le baccalauréat est passée de 3% en 1945, à 25 % en 1975, pour atteindre près de 80% en 2018.

Cette évolution s’est accompagnée d’une ouverture beaucoup plus importante sur les monde, via la globalisation des économies et le développement des médias.

» Read more